La COP21, une opportunité pour le continent africain

« Le NEPAD, « Nouveau partenariat pour le développement en Afrique  », coordonne le cadre stratégique de l’Union Africaine  pour le développement socio-économique du continent. Il vise notamment à développer des partenariats en Afrique pour promouvoir un développement et une croissance durables sur le continent. Il offre aux pays africains l’occasion de renforcer leur leadership dans l’orientation de leurs efforts de développement, de travailler ensemble et de coopérer plus efficacement à l’intérieur comme en dehors du continent. 

 

Depuis quelques années, les pays africains manifestent une volonté forte d’être « acteurs » de la lutte contre le Changement Climatique. Et cela implique bien sûr l’intégration de la question environnementale très en amont du processus d’industrialisation, nécessaire au développement de l’Afrique. C’est ainsi que les pays africains pourront ne plus être simplement des exportateurs de matières premières, mais bien des producteurs de biens et services à forte valeur ajoutée et de créer, dans un contexte renouvelé de l’aménagement territorial maitrisé, les emplois qui retiendront les jeunes et éviteront leur expatriation. Notre conviction est que ces plans de développement doivent permettre aux pays africains de pouvoir compter sur leurs ressources locales : privilégier les solutions avec les plus faibles impacts environnementaux, développer les énergies renouvelables, et éviter la déforestation et l’appauvrissement des terres. 

Notre action s’appuie sur un constat : le continent africain sera le plus touché par le changement climatique, alors qu’il est celui qui y a le moins contribué . Comme précédemment, nous défendons donc la mise en place d’un « Fonds Vert », destiné à financer la construction de « Green Economy Plans », c’est à dire des bonnes pratiques permettant de concilier politique climatique ambitieuse et développement économique durable. Financé par la Communauté Internationale, il aurait pour objectif de rendre possible en Afrique le déploiement de nouvelles techniques de culture et de production, permettant la préservation des ressources naturelles actuellement menacées, tout en accompagnant les communautés locales dans la modification en profondeur de leurs pratiques quotidiennes. 
 

Dans cette optique, l’Agence du NEPAD met déjà en œuvre un programme thématique, « Changement climatique et gestion des ressources naturelles », focalisé sur l’eau, l’énergie et l’environnement. L’agence administre ainsi, par exemple, un Fonds pour le Changement Climatique qui vise à aider les populations rurales cultivatrices de 20 pays à mieux s’adapter aux effets du changement climatique. Elle développe également le programme Terrafrica financé par la Banque Mondiale, qui diffuse – dans les 27 pays africains qui présentent des conditions favorables – des plans de Gestion Durable des Terres, grâce à la formation technique et l’accompagnement des communautés locales dans la gestion des ressources, au premier rang desquelles, l’eau, indispensable en Afrique à une bonne productivité agricole.
Tous ces programmes déployés par le NEPAD ont pour objectif de permettre au continent africain de relever les défis auxquels il est confronté, notamment réduction de la pauvreté, et accès au développement. Pour les pays africains, la COP21 sera donc une opportunité, celle d’aboutir enfin au financement du « Green Fund », mais aussi de mettre au centre des débats la question du déploiement des énergies renouvelables en Afrique et l’agriculture, restée jusqu’ici le parent pauvre des négociations sur le Climat ».