La Chine préserve ses ressources

Chine - shenzhen

Face aux problèmes économiques et sociaux générés par la pollution de l’air et le déséquilibre hydrique entre le nord et le sud, les chinois réagissent. Des normes sont en cours d’élaboration et le pays applique déjà des réglementations strictes. Pour  les industriels, les pénalités sont très fortes en cas de non-respect de ces règles. Concrètement, dans les grandes agglomérations, les projets de gestion des eaux usées doivent ainsi prévoir 20 à 25% de  « re-use ». Parallèlement, pour la filière déchets solides, cela nécessite la mise en place d’un cercle vertueux de traitement des déchets, notamment toxiques, avec une part d’optimisation et de valorisation.
 

UNE USINE ULTRA PERFORMANTE DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES 

A Urumqi, capitale de la province autonome Ouïgoure de Xinjiang, Veolia exploite depuis plus de dix ans une usine de traitement des eaux usées d’une capacité initiale de 200 000 m3/jour. L’enjeu était de doubler sa capacité de production tout en proposant un système de traitement des boues. Veolia a donc développé une solution permettant d’étendre les volumes traités à 400 000 m3/jour pour un territoire de collecte de 1,5 million d’habitants, soit un peu plus d’un tiers de la population de la ville. Par ailleurs, la solution de digestion des boues par anaérobie permet de réduire leur volume de 30 % (2700 m3 traités par jour soit 80 000 m3 par mois). Elle génère également l’énergie thermique nécessaire au maintien à la bonne température de l’usine, et produit 50 % des besoins énergétiques du site – à hauteur d’une capacité de 1,8 MW  par jour. C’est autant d’électricité qui n’est pas achetée, et donc moins de charbon brulé. De plus, nous avons choisi de soigner l’intégration du site dans son environnement : l’anaérobie, en espace confiné, n’émet pas d’odeurs en phase de traitement des boues ; l’ouvrage architectural a été bien pensé avec une bulle blanche présentant une double structure de sécurité ; un « re-use » de l’eau, dont 15 % sont employés à l’arrosage des pourtours, a été mis en place ; et enfin, pour récréer de la biodiversité autour du site, nous favorisons la réintroduction de faune et de flore. 

 
 

Bien entendu, pour être performant, cela ne peut se faire sans un dispositif de formation des personnels, cadres et non cadres. C’est pourquoi Veolia a développé et ouvert un centre de formation du management à Shanghai, et un site (crée en 2013) dédié aux métiers de l’industrie, à Incheon en Corée du Sud.


 

DANS L'INDUSTRIE, LA CLÉ EST LA RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION D'EAU ET D'ÉNERGIE

L’essentiel des solutions industrielles de préservation des ressources, qu’il s’agisse d’eau ou d’énergie, repose sur la réduction des consommations. Dans ce domaine, nous sommes force de proposition et apportons aussi des solutions techniques. Pour l’eau, cela se traduit par la mise en place de circuits de vapeur optimisés et de circuits courts qui permettent de recycler l’eau le plus en amont possible avant de la faire circuler en boucle grâce au « re-use ». En matière d’énergie, nous veillons à améliorer l’efficacité énergétique des installations grâce à des centres de pilotage et préconisons l’utilisation de la biomasse. Plus largement, nous favorisons les économies d’énergie dans les services collectifs, pour le chaud comme pour le froid. Enfin, il faut aussi traiter les rejets pour protéger le milieu naturel, grâce au traitement des pollutions et des déchets toxiques.



► Veolia et le climat