L’efficacité énergétique, un enjeu majeur en Europe du Nord

« En Europe du Nord, l’impact économique du réchauffement climatique est indéniable : de nouveaux marchés se dessinent alors que les industries liées au carbone risquent d’être impactées par le renchérissement de son prix.

 
Tour Midi

L’efficacité énergétique devient un enjeu majeur : il s’agit de consommer moins d’énergie tout en conservant un confort équivalent. Veolia développe donc, pour ses clients, de nouvelles techniques de production d’énergie. Leurs atouts : économiser les ressources naturelles, réduire les émissions de CO2 et garantir une diminution des impacts financiers et environnementaux sur lesquels le Groupe est en mesure de s’engager contractuellement.
 
Aujourd’hui, l’efficacité énergétique exige d’utiliser des ressources et des moyens de production mixtes et adaptés au contexte local, comme la cogénération, qui permet la production simultanée de chaleur et d’électricité. Ainsi, pour chauffer ses bâtiments, l’université de Gand (Belgique) a couplé 2 petites chaudières à gaz à un moteur de cogénération et à une chaudière biomasse. Les 8 000 tonnes de biomasse utilisées chaque année sur ce site ont permis d’économiser 1 472 tonnes de C02, soit l’équivalent des émissions annuelles des voitures des 800 collaborateurs de l’université.

Les économies durables de consommation finale sont aussi primordiales (l’énergie la moins chère et la plus « verte » est celle que l’on ne consomme pas !). Grâce à la régulation par façade, à l’installation d’une centrale de cogénération et de pompes à chaleur, la Tour du Midi à Bruxelles (Belgique), siège de l’Office National des Pensions, a réalisé d’importantes économies (- 37 % de fuel, - 29 % d’électricité, - 8000  tonnes de CO2 par an).
 

Celles ci ont été rendues possibles par l’utilisation de la plateforme Hubgrade de Veolia, un système intelligent d’exploitation et de gestion des flux qui aide à monitorer les économies d’énergie. Cet outil informatique collecte les données énergétiques, qui sont transmises à des analystes et leur permettent de bâtir des plans d’actions. Enfin, des opérateurs mettent en œuvre ces plans et interviennent en temps réel lorsque des problèmes sont détectés. Grace à cette maîtrise « en triptyque » du processus, Veolia  peut s’engager contractuellement sur les économies d’énergie réalisées. Depuis 2013, 70 bâtiments sont reliés au système Hubgrade en Belgique. Il devrait prochainement y être déployé pour la gestion de tous les flux (eau, données de collecte des déchets, etc.).

Enfin, pour les industries qui génèrent des déchets de fabrication ayant un pouvoir calorifique, les énergies bas carbone, et notamment la biomasse, permettent de combiner les économies d’énergie et le recyclage des déchets. Jacobs Douwe Egberts, un fabricant de café liquide concentré, récupère ainsi le marc de café pour alimenter sa chaudière biomasse. 14 000 tonnes de CO2 sont économisées chaque année. 


La démarche est quasiment identique avec la récupération et la valorisation des énergies fatales (toute source de chaleur autrement perdue comme la chaleur produite par les data center). Au Benelux, la réactivation récente des réseaux de chaleur permet de produire, avec efficacité, une énergie renouvelable de manière centralisée. Ces systèmes reviennent en force car ils génèrent des bénéfices individuels par la mise en œuvre de solutions techniques qui ne peuvent exister qu’à grande échelle.

Plus les entreprises et les particuliers accepteront de partager leurs sources d’alimentation énergétique, plus nous pourrons imaginer des solutions collectives performantes, plus efficaces pour la planète. »